L’Avis Mangeek : Soul Eater

Compatriotes Otakus, je vous salue.

Aujourd’hui, cet article portera sur un des mes shonen culte. il est impossible de se dire otaku sans le connaitre. Mais si vous êtes quand même passé a coté, prenez le temps de jeter un petit coup d’œil avant de vous y lancer, vous réaliserez que vous êtes bon pour l’enfer des kikoolol. non je déconne 😀 ou pas.

SEInformations générales

  • Auteur: Ôkubo Atsushi
  • Origine: Japon
  • Année de création: 2004
  • Titre original: Soul Eater
  • Nombre de volumes: 21+
  • AKA: – ソウルイーターVersion française
  • Licencié: oui
  • Titre français: Soul Eater
  • Editeur: Kurokawa

Synopsis

Maka, Black Star et Death The Kid sont tous les trois des manieurs d’armes élèves au Shibusen, école créée par Shinigami. Ils ont pour compagnons leurs armes « humaines », respectivement Soul, Tsubaki, Liz et Patty. Leur but étant d’évoluer et de faire manger à leurs armes 99 âmes de pré-démon et une âme de sorcière afin que celle-ci deviennent une Death Scythe, l’arme démoniaque la plus puissante. Au cours de leurs missions ils auront à affronter des sorcières puissantes ou encore des Kishins (manieurs ayant fait manger à leur arme des âmes innocentes), leur parcours ne s’annonce pas si facile.

– Fiche d’anime-kun –

Le chara de départ pique l’œil... mais le power-up a mi-parcours brule la rétine tellement c'est bien foutu.
Le chara de départ pique l’œil… mais le power-up a mi-parcours brule la rétine tellement c’est bien foutu.
Le sérieux côtoie les scènes d'une rare connerie :)
Le sérieux côtoie les scènes d’une rare connerie 🙂

CROISSANCE

Un manga faible et lent au premiers abord, un Chara qui rebute dans ses premières pages. Nul doute que Soul Eater a fait ciller plus d’un à sa première lecture. L’histoire ne vole pas haut : Quelques étudiants particulièrement doués étudient dans une école l’art de nettoyer la ville de ses potentiels démons, tout en redoutant une race spécifique d’adversaire, les sorcières, chacune associées a un thème animal unique. Ca m’as fait penser aux personnages de one piece qui ont un rire unique. va savoir pourquoi. Si l’ambiance jongle entre l’humour bon enfant et le glauque, certains passages m’ont parfois cloués sur place. tant dans la mise en scène que dans le travail de composition. Le soin apporté aux détails est perceptible.

Death_City(NOT_Anime)
Shibusen, l’ecole pour apprendre a des gosses a utilisr des armes. Le guetto change dans Soul Eater…

D’abord les personnages secondaires, riches et correctement développés dans l’ensemble. Que ce soit chez les autres élèves, ou les professeurs, les adultes et les antagonistes, le paysage de conflit général, tout en restant assez simple a identifier, ne sombre pas dans le simpliste en lissant ce qui fait son caractère. Beaucoup de fan de la série ont d’ailleurs pour personnage préféré Stein, le professeur fou qui se revisse le cerveau régulièrement ou Medusa, une sorcière dont le thème est le serpent.

Si le chara rebute au debut, l’histoire s’approfondit très vite; les personnalités se définissent et le dessin s’affine. On ressent la maîtrise, l’expérience qui rentre. Les personnages sont charismatiques et la progression de puissance va crescendo sans sombrer dans l’orgie visuelle qu’est l’adaptation animé à jeter à la poubelle.

CROISSANCE

Les Adultes ont une place d'adulte, pour une fois.
Les Adultes ont une place d’adulte, une fois n’est pas coutume.

Les adultes, choses rares dans les shonen, ont une place d’adulte. Ils sont fort, responsables (du moins presque tous) et tiennent une place de guide pour les jeunes.

Le trio de départ est celui qui reçoit le plus de soin dans la progression évidemment. Une progression qui va de concert avec une intrigue placé sous le thème de la folie et des peurs indicibles. On arrive a un moment a se dire que le pire ennemi de soi, c’est soi même. L’histoire cultive vos angoisses. Les Sorcières sont caricaturés, victimisées, sublimés, dans une caricature du racisme, de la chasse aux sorcières de Salem à la sauce nippone. Sur fond de doute existentiel et de lame aiguisée.

Respect

Members_of_Spartoi
Les Membres de Spartoi, les meilleurs de shibusen

Je tiens a souligner quand même quelque point : L’animé ne respecte pas le manga. La différence entre les deux est comparable a celle entre les deux versions de fullmetal alchemist. Le développement personnel des personnages devait suivre un certain chemin pour que le lectorat puisse apprécier le passage à l’age adulte de ses protagonistes principaux, dont la moralité ne pouvait consciemment être jugé. car en tout temps, il faut prendre en compte la part de folie.

15fbcokJ’ai eu un coup de cœur spécial pour Black Star. Fidèle à lui même tout du long, il ferait penser a un naruto dans sa détermination et son ambition. Mais Black Star est bien plus. C’est un braillard qui veut surpasser Dieu, et qui se donne les moyens d’y parvenir. C’est une véritable brute, génie du combat et dont la seule limite est sa propre inconscience. Chacune de ses entrées marque. Vous n’êtes pas sur ? Suffit de vérifier.

Sohzen
La Force est dans la Folie

Je pourrai m’étaler longuement sur toutes les forces de ce shonen, sur le caractère apporté par les obsessions de symetrie de Death The Kid, fils du Dieu de la mort, qui cohabitent avec des interrogations plus profondes sur sa propre nature. Je pourrai revenir sur le Piano de Soul, sur la description de notre peur d’autrui développée via le personnage de Chrona, sur notre notre tendance à la dépendance véhiculée par le concept du sang noir, sur le désespoir lié au complexe du héros mais je ne ferai que caresser la surface de nekketsu comme on en fait plus. Avec une dose de fan service relativement correcte.(Sauf dans un chapitre spécial luxure, vous êtes averti).

VMarinesnip4r4dd373fb5e9b8ous l’aurez compris; il n’est pas vraiment question QUE de progression en puissance et de sauvetage de la planète, Okubo se concentre sur une histoire qui s’envole de plus en plus haut au fur et à mesure que des éléments se révèlent, en sondant les faiblesses de l’esprit humains. Et des personnages comme Noah relance le jeu vers une nouvelle dimension de réflexions, quand on est pas occupé a mater des combats de golem, de sorcière et de Death Scythe.

Il n’est pas trop tard pour vous y mettre. Il n’est pas trop tard pour vibrer au rythme de votre âme; car ce manga est un de ces shonen a la fois gamin, et adulte, dérangeant au possible et qui vous fera frissonner de plaisir dans un ultime Tamashi no Kyomei !!

Cordialement,

Un Geek en brousse, Dérangé, mais je me soigne.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s