Femme Geek… Paradoxe ?

Compatriotes du web, bonzour.

edit(o) : Cet article est l’un des premiers que j’ai publié. Avec le temps, je réalise que je suis d’accord avec moi même (c’est rassurant) mais que je ne vais pas assez en profondeur. Il faut savoir que la période de Mars 2013 a été marquée par une levée de drapeau pour signifier l’indignation des femmes face à une communauté qui ne les accepte  pas, ou en tant qu’objet de fantasme. Mar_Lard a réalisé durant 6 mois un dossier plus que complet que je ne pourrait tenter de résumer et que je conseille ardemment de lire. Les réalités que je veux soulever donc ici ne sont pas internationales mais propres a ma culture, les echo de ma brousse. de mon point de vue de geek. voila.

Article écrit a la va vite parce qu’il faut bien que je commence un jour, que je suis un bavard timide (oui c’est possible) et comme c’est le matin, j’ai l’esprit un peu brouillon. je me regarde dans la glace et je me dis que je suis un génie pas si désespérant que ça. Ensuite, je me brosse les dents en écoutant Endless Roll de Nico Touches The Wall, mon groupe de J-Rock favoris. Et la, la pensée du jour me vient.

 « Ne raconte pas ton expérience du sexisme, femme, les hommes risqueraient d’être mal à l’aise. Et ils le feront savoir ! »  Mar_lard
PlayCOD
La manette n’as pas de genre.
On ne le reconnaît pas assez souvent mais la communauté « Geek« , que je préfère à « humain génétiquement supérieur au niveau cognitif mais socialement handicapé » un poil moins clinquant, souffre d’une forme d’adoration/paranoïa a l’égard des femmes. Et ça ne date pas d’hier, l’esprit #Geek a toujours vécu dans un paradoxe qui exclue les femmes tout en rêvant d’elles.
L’expérience peut être démontrée n’importe quand. une jeune demoiselle jouant a Call Of Duty attirera deux fois plus l’attention sur elle. Mais la même demoiselle, joueuse professionnelle, sera toujours choisie en dernier dans une équipe de compétition locale. Ça s’explique par le fait que le geek se fie à une idée de sa « femelle geek » qui ne cadrera probablement jamais avec n’importe quelle poutreuse de zombie de base. Peu importe la mensuration Lara Crofienne, une connaissance parfaite du langage elfique, la capacité de coder l’interface d’une navette spatiale en Ajax, j’en passe et des plus farfelues … moi je crie à l’injustice.
La société n’aide pas à penser autrement cela dit. Les media sont très orientés et mêmes les codes des media contribue a consolider la barrière de genre. Comme le sexisme perceptible dans certains shonen bourrés de fan service. A un niveau plus perceptible, il suffit de voir les effectifs des établissements de technologie. Plus on avance dans les domaines techniques, moins la parité se fait sentir. Dans ma classe de licence, on comptait 4 filles pour 60 étudiants. Filière Telecomm. Et au recrutement, ça ne s’arrange pas. Les femmes « apprêtées » sont moins crédible en tant que techniciennes. On alimente le légendaire préjugé : « Les filles de A ont les boucles d’or, les filles de D ont les boucles en argent, les filles de C n’ont pas les oreilles percées » . Dans un milieu extrêmement compétitif, déstabiliser le système patriarcal semble juste impossible a moins d’être d’un niveau de compétence incontestable.
L’Homo Sapiens 2.0 serai-t-il sexiste et si oui, ne tendrait-il pas vers sa propre extinction ? That is the question.
Cordialement,
Un Geek, antisexiste, revendiqué.
Publicités

2 réflexions sur “Femme Geek… Paradoxe ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s